Blog

Grandes Jorasses

DEUX GENDARMES DU PGHM DE CHAMONIX REPETENT LA VOIE GOUSSEAULT DESMAISON A LA FACE NORD DES GRANDES JORASSES

Le 14 et 15 octobre 2011 Eric JAMET et Nicolas ESTUBIER ont réalisé la dixième répétition de la voie GOUSSEAULT/DESMAISON en face nord des Grandes Jorasses. La voie fait 1100 mètres et la cotation est de ED+/90°/M6/5c. La voie a été gravie en libre sauf un pas dans la longueur 18.

Cette voie est historique car lors de la première tentative du 10 au 25 février 1971, Serge Gousseault meurt d’épuisement après avoir passé plus de six jours bloqué, quatre vingt mètres sous le sommet. Le 25 février René Desmaison est secouru in extremis, lui aussi dans un état d’épuisement total. Il retourne dans la paroi avec Michel Claret et Giorgio Bertone du 10 au 17 janvier 1973 pour terminer l’itinéraire. A l’époque, le drame des grandes jorasses souleva une vive polémique sur les secours en montagne.

Les ascensions de la voie :

  • René Demaison, Giorgio Bertone et Michel Claret, 10 au 17 février 1973
  • Boh Mrozek et Jurek Splichal, 25 au 28 juillet 1979 (avec une variante de départ)
  • Stéphane Benoîst et Patrice Glairon-Rappaz, 13 au 18 janvier 2000 (par l’itinéraire original)
  • François Marsigny et Olivier Larios, en 4 jours de mars 2003, (par la variante de départ)
  • Yannick Graziani et Patrick Wagnon, en 3 jours de février 2005
  • Benoît Drouillat, Pascal Ducroz et Franck Henry, 7 au 11 janvier 2006
  • Pete Benson et Guy Robertson, 13 au 16 ottobre 2007 : première en libre, par la variante de départ
  • Neil Brodie et Marc Challamel, 1 et 2 novembre 2007 (variante de départ)
  • Pierre Labbre, Romain Wagner et Mathieu Détrie, 3 au 6 novembre 2007 (première en libre de l’itinéraire original)
  • Didier Jourdain, Sébastien Ratel et Sébastien Bohin, 25 au 27 février 2009
  • Eric Jamet et Nicolas Estubier, 14 et 15 octobre 2011 (itinéraire original en libre)
  • Corado Pesce et Peter Mason, 15 et 16 octobre 2011 (itinéraire original en libre)

A noter également :

Ivano Ghirardini en février 1975 : première reprise du premier tiers de la voie et sortie par le linceul

Patrick Bérhaut et Philippe Magnin en 2000, un tiers par le linceul et sortie par la Gousseault Desmaison

Tobbi Sorenson et Gordon Smith en 1977 qui ont ouvert une voie très proche de la Gousseault Desmaison en croyant en faire la première répétition.

L’ascension de Eric et Nicolas :

 

Les Grandes Jorasses Depuis l’aiguille du Moine en septembre

 

Le 13 octobre nous attaquons l’approche depuis le Plan de l’aiguille vers 11H, une longue marche de 5h30 et nous voila au pied de la face. Mon rêve est alors juste la, ça y est nous sommes au pied de la gousseault/Desmaison ! Nous faisons un petit repérage de l’attaque puis nous nous installons pour notre premier bivouac au pied de la paroi.

Le lendemain, réveil à 5h30 et départ à 6h50, à 7h00 nous attaquons la rimaye du linceul, les deux mètres de surplomb nous mettent directement dans l’ambiance ! Après deux longueurs sur le bord de la goulotte du linceul nous rejoignons par une traversée à droite le système de fissures cheminées du bas de la voie. La cordé est lancée par Eric qui est parti en tête depuis la rimaye, il franchit avec maitrise le premier crux de la cheminée, difficile et exposé avec le sac. Ensuite les longueurs s’enchainent jusqu’à R9, avec au passage des belles longueurs de mixte facile et deux longueurs de rocher magnifiques. C’est dans cette dernière longueur en 5c que notre aventure a faillit prendre fin, Eric vient de casser la pointe avant d’un de ses crampons. Nous faisons le point et décidons de continuer, la stratégie sera la suivante : je ferais les longueurs de glace, Eric celles en rocher et nous ne pourrons pas faire beaucoup de corde tendu. Je prend la tête à R9 pour la première rampe, les longueurs déroulent jusqu’à un passage mixte pas si facile permettant de rejoindre la deuxième rampe. Vient ensuite la deuxième rampe avec de belles longueurs de glace. R16, Eric reprend la tête pour deux longueurs de mixte et de rocher difficiles permettant de rejoindre la troisième rampe (nous tirons sur un friend pour un pas dans le crux en A1, le seul non enchainé de la voie). Je repart devant pour la troisième rampe à R18 jusqu’à notre second bivouac à R21 avec de beaux passage de glace et un crux sur de la glace fine. 19h30 nous installons le bivouac ou nous passerons une nuit inconfortable, assis mais au chaud dans nos gros duvet.

Le troisième jour (deuxième dans la voie), nous nous levons vers 6h15, mais c’est seulement vers 7h50 que nous repartons, la mise en route est difficile et il faut faire attention à ne rien faire tomber. Je commence cette journée par une longueur de glace, puis du mixte en traversée pour rejoindre une magnifique goulotte sur deux longueurs. Ensuite Eric par devant pour quatre longueurs de rocher et de mixte raides avec des passages soutenus. Cela nous emmène à la cheminée ou se trouve un vieux duvet et un sac à droite, vestiges de la tentative de 1971, puis au pied du crux en A1 ou 6B. pour nous se sera en fait du M6 car le crux est franchit avec les piolet. Eric est toujours aussi impressionnant dans ce type de passages. J’enchaine a mon tour le crux en second et repart devant pour 3 longueurs de glace raide avec un peu de mixte et une zone en mauvais rocher. Une dernière longueur dure pour Eric semble nous barrer l’accès au sommet (une des plus belles de la voie, L36). Ensuite une longueur en diagonale et les deux longueurs finales pour moi nous permettent de rejoindre le sommet à 19h00.

C’est énorme on a réussi cette voie magnifique ! Mon rêve est réalisé après trois ans d’observation de la face et de préparation ! Quelle performance pour René Desmaison avec le matériel dont il disposait à l’époque et en Hivers !

Nous décidons alors de bivouaquer sous le sommet car la nuit arrive et nous avons tout pour passer une nuit confortable ! Le lendemain c’est la grâce matinée jusqu’à 08h00 puis le petit déjeuné au soleil avant de commencer la descente à 10h00. A 14h00 nous sommes dans la vallée à Planpincieux et nous commençons à boire des bières pour fêter notre voie .

Quelle belle aventure !

Récit Nicolas Estubier, Photos de Eric Jamet et Nicolas Estubier.

Les photos de la voie :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article !

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply