HISTORIQUE

 

 L'histoire du PGHM de Chamonix est intimement liée avec l'histoire du secours dans la vallée, retour rapide sur les grandes lignes du secours en montagne...Dans les années 50, le secours en montagne est assuré par la compagnie des guides, l'école nationale de ski et l'école militaire de haute montagne En décembre 1956, un drame sera à l'origine de la structuration du secours en montagne. L'agonie de deux jeunes alpinistes, VINCENDON et HENRY, dans le massif du Mont-blanc, sensibilise les gens. Ils furent les "victimes" de la non structuration, de la désorganisation, des ordres et contre-ordres des protagonistes du secours en montagnes. Ainsi, le secours devient l'affaire de professionnels sous la responsabilité de la collectivité. Cette affaire a provoqué une grande émotion au niveau de la population et des pouvoirs publics témoins de ce drame. La circulaire du 21/08/1958 impose aux Préfets l’organisation du secours en montagne et l'élaboration d'un plan "spécialisé" de secours. 1958 La LOI MONTAGNE, est une circulaire qui confie au Préfet la responsabilité du secours. Création du Groupe Spécialisé de Haute Montagne (GSHM) Il existe désormais une vraie réglementation du secours en montagne en France (circulaire du 21 Août 1958) Cette réglementation rentre dans le PLAN ORSEC.

LE SECOURS POUR TOUS

Sous la tutelle du ministère de l ’intérieur,l’autorité est détenue par le Préfet par l ’intermédiaire des plans ORSEC. Les secouristes sont recrutés dans les deux corps chargés de la sécurité sur le territoire : CRS et Gendarmerie. 

C’EST LE SERVICE PUBLIC 

Le 1er Juin 1957, la Gendarmerie détache un officier le Lieutenant PIGAGLIO, pour assurer le commandement et la direction des groupes participant aux opérations de secours, seul ou en collaboration avec d ’autres organismes ( guides, ENSA, EMHM). Il propose la création d ’une petite unité. Ce sera le Groupe Spécialisé de Haute Montagne crée le 1er novembre 1958.Seul qualifié pour diligenter les enquêtes relatives aux accidents en montagne, il participe aux opérations de secours, Il centralise les alertes, il organise les liaisons opérationnelles et stocke le matériel du secours. Il se rend indispensable, assurant une permanence capable d ’effectuer de nombreuses interventions. son effectif et ses qualifications technique se renforcent Le GSHM devient le PSHM. Il se rend indispensable, assurant une permanence capable d ’effectuer de nombreuses interventions.

Le GSHM devient le PSHM puis le PGHM



L'HELICO GENDARMERIE

Depuis une dizaine d ’années un détachement hélico Gendarmerie de Lyon se fait à Chamonix. Création du détachement aérien gendarmerie de MEGÈVE le 1er mars 1971 à l'héliport de la Côte 2000.Déplacement du D.A.G de MEGÈVE à CHAMONIX le 31.11.1999Création de la section aérienne gendarmerie à CHAMONIX en 2004..

VERS LE PROFESSIONNALISME

Deux révolutions vont contribuer à la professionnalisation du secours en montagne: : l’utilisation intensive de l’hélicoptère à partir de 1967, puis la médicalisation dans les années 1970.

Bénite par le pape pour le secours en montagne, le christ du secours en montagne se trouve au sommet de l'aiguille Pierre Allain. Depuis la création des unités de montagne , 46 gendarmes sont décédés dans l ’exercice de leurs missions.

Partagez cet article !